Important
Accueil / Actualités / Représentation / Publications / Communiqués de presse / Le BNEI « s’inquiète fortement » d’une hausse des frais d’inscription dans les écoles d’ingénieurs

Le BNEI « s’inquiète fortement » d’une hausse des frais d’inscription dans les écoles d’ingénieurs

Le premier colloque de la CDEFI a réuni à Rouen, les 4 et 5 juin, de nombreux directeurs d’écoles d’ingénieurs internes, externes et privées. Les discussions ont très largement tourné autour du modèle de financement des écoles et la conclusion est simple : il faut dégager de nouvelles marges de manœuvre.

Parmi celles-ci, la hausse des droits d’inscription semble être une solution toute trouvée. Leur augmentation est plébiscitée par de nombreux directeurs et est déjà en vigueur dans de nombreuses écoles sous tutelle des ministères techniques. Les échanges entre le BNEI et le ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique confirment d’ailleurs une volonté à la hausse pour ces écoles dans les prochaines années.

C’est pourquoi le BNEI s’inquiète fortement d’une évolution qui pourrait être prise sans réflexions préalables et sans construction d’un modèle de financement pérenne. En effet, S. Bonnafous, directrice générale de l’enseignement supérieur et de la recherche, l’a confirmé, les droits d’inscription pour les écoles d’ingénieurs externes sont bel et bien en discussion au MENESR. Les rumeurs vont bon train pour la rentrée prochaine, le gouvernement n’attend-t-il pas les vacances estivales pour surprendre et faire passer subrepticement une mesure difficile à assumer politiquement ?

Le BNEI a bien évidement conscience que l’ensemble des écoles font face à des contraintes budgétaires de plus en plus fortes. Les financements dédiés aux écoles via les contrats plans État-Région dégringolent, la taxe d’apprentissage versée par les entreprises est en chute libre et les récents prélèvements sur les fonds de roulements ne viennent qu’empirer une situation difficile. Ces prélèvements viennent remettre en cause la capacité des écoles à piloter une stratégie de formation et de vie de campus ambitieuse.

Tout cela contribue donc à la baisse du capital financier des écoles qui doivent au même moment faire face à une concurrence internationale extrêmement féroce. Il est donc primordial de trouver des solutions viables et pérennes pour pallier à cette problématique financière, et l’augmentation des droits d’inscription est à nombre d’égard loin d’être la meilleure solution.

Comme l’a rappelé Sophie Béjan, dévoilant en avant-première certaines conclusions de la STRANES, comité d’expertise qu’elle préside, ce vendredi 5 juin à Rouen : « Il n’est pas souhaitable d’augmenter les frais d’inscription tant que l’on ne retravaille pas le modèle de financement de l’enseignement supérieur par l’impôt ». Cette solution ne répondra d’ailleurs pas aux espoirs financiers des établissements puisqu’elle conduira à des baisses de dotation pour ne devenir finalement qu’un impôt supplémentaire dans un domaine où les familles sont prêtes à faire tous les sacrifices.

De plus, l’ignorance des étudiants quant au coût réel des études leur est souvent reprochée. Cependant le report de ce coût sur les étudiants et leurs familles n’est pas une solution pédagogique envisageable pour les responsabiliser.

Enfin, l’état mène depuis plusieurs années une politique de démocratisation de l’enseignement supérieur en favorisant l’ouverture sociale et l’accès aux études pour tous. Une hausse des frais d’inscription serait en totale contradiction avec cette politique visant à briser les clivages sociaux. Les étudiants boursiers, exonérés de frais d’inscriptions, restent protégés de cette hausse, mais ce n’est pas le cas des classes moyennes qui seront les plus impactées. Il est indispensable de conserver une politique cohérente à ce sujet pour ne pas rendre les efforts fournis jusqu’ici inutiles.

Le BNEI exige donc encore une fois la mise en place d’un groupe de travail réunissant le MENESR, les ministères techniques, le ministère des finances, la CDEFI, la CGE, la CPU et le BNEI pour construire le futur modèle de financements des écoles d’ingénieurs françaises et ainsi répondre aux difficultés en proposant une solution partagée par tous les acteurs.

Vous pouvez retrouver ici le communiqué de presse en format PDF : http://www.calameo.com/read/004299158efbd31ad6131

✚ Pour toute question ou pour aller plus loin : contact@bnei.org

Regardez aussi

Pour que l’enseignement supérieur reste accessible à tous. Vers la fin du modèle unique français en école d’ingénieur ?

Nous, élèves en écoles d’ingénieurs, sommes inquiets pour l’avenir de l’enseignement supérieur en France. En …