Accueil / Actualités / Représentation / Publications / Communiqués de presse / Réponse à Philippe Jamet (président de la CGE) à propos des droits de scolarité

Réponse à Philippe Jamet (président de la CGE) à propos des droits de scolarité

Au sein de l’enseignement supérieur français, la problématique des financements des écoles est un enjeu crucial. En effet, pour innover et pour évoluer vers un accomplissement toujours amélioré des missions de service public qu’elles se voient confier, les écoles ont besoin d’investir constamment dans leur processus de formation.

Le BNEI, unique association formant, informant et représentant les 137 000 élèves de la filière, focalise son attention sur le sujet. La qualité de formation de nos écoles dépend d’un financement stable, sain et socialement équitable. Un objectif, proposer, avec l’aide des partenaires du monde de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, un modèle de financement réalisable, réfléchi et équilibré entre les différentes sources possibles pour les écoles d’ingénieurs.

Selon le BNEI, aucun argument ne justifie la hausse des frais d’inscription comme solution au problème de financement des écoles. C’est pourquoi le BNEI demande une concertation nationale pour construire le modèle de financement des écoles et mettre un terme à la série des augmentations irréfléchies des frais d’inscription dans les écoles d’ingénieurs.

La réaction complète est disponible ci-dessous.

BNEI – Communication – CdP – Réponse à M. Jamet

Regardez aussi

Le BNEI, l’UNEDESEP et la FENEPSY continuent le combat contre la hausse des droits d’inscription des étudiants

Par une ordonnance en date du 21 mai 2019, le juge des référés du Conseil …