Important
Accueil / Actualités / Représentation / Publications / Communiqués de presse / Communiqué de presse suite au dernier CNESER

Communiqué de presse suite au dernier CNESER

Le BNEI considère que le CNESER oublie l’intérêt des étudiants quand il se prononce sur les possibilités de délivrance du DNM par les EPA

Mardi 21 octobre le CNESER s’est prononcé contre le projet d’arrêté visant à étendre le droit aux établissements publics à caractère administratif (EPA) à délivrer le diplôme national de master. Le refus de ce projet d’arrêté permettant de poursuivre la délivrance des “masters internationaux” sans s’adosser à un établissement public à caractère scientifique culturel et professionnel (EPSCP) montre à quel point les membres du CNESER préfèrent entretenir un climat hostile d’opposition envers les écoles d’ingénieurs plutôt que de réfléchir en prenant en compte les intérêts des étudiants.

Il est reconnu que la présence des étudiants internationaux au sein d’une formation participe à sa notoriété et donc au rayonnement de l’enseignement supérieur français. Qui plus est, cela joue un rôle primordial quant à la sensibilisation au “multiculturalisme” unanimement considéré comme essentiel dans la vie professionnelle. C’est pourquoi, l’Etat se fixe pour objectif d’attirer plus d’étudiants étrangers, en particulier au niveau master. Jusqu’à maintenant, le DNM a permis aux écoles d’ingénieurs d’augmenter de 64% (enquête mobilité CGE) leur part d’étudiants étrangers au sein de leurs formations. Dans cette optique, le BNEI considère qu’il est inconcevable de venir handicaper ces établissements en les empêchant de proposer des formations adaptées et attrayantes à l’international. Le refus d’autoriser les EPA à délivrer le DNM met inévitablement en danger l’ensemble de l’offre de “masters internationaux” et ainsi la qualité de l’offre de formation proposée en France.

Le BNEI ne peut que s’étonner des propos de la fédération nationale des associations générales étudiantes (FAGE) qui à travers son premier vice-président estime qu’un EPA « ne faisant pas de recherche », n’a donc « pas vocation à délivrer seul un DNM ». La FAGE représentée par Charles Bozonnet voudrait ici nous faire croire que l’école Polytechnique avec ses 20 laboratoires de recherche et sa renommée internationale ne pourrait délivrer seule un diplôme national de master ?

Ces propos sont basés, encore une fois, sur une méconnaissance totale des écoles d’ingénieurs et de leurs évolutions. Nous tenons à rappeler que les EPA et plus généralement les écoles d’ingénieurs prennent une part plus que non négligeable au sein de la recherche française, pour preuve le fait que près de la moitié des doctorats en sciences sont effectués dans les grandes écoles.

Enfin, nous déplorons la volonté de la majorité des membres du CNESER de perpétuer une opposition stérile entre écoles et universités. Nous rappelons que les formations d’ingénieurs ne sont pas la prérogative des écoles externespuisque les 67 écoles internes, dépendantes d’universités, sont accréditées CTI. Il n’existe donc pas d’asymétrie de délivrance du titre ingénieur qui justifie une telle position. De plus, cet état d’esprit absurde ne permet pas de considérer à sa juste valeurl’importance de la qualité des formations. Le BNEI ne croit pas qu’il est dans l’intérêt des étudiants d’exclure les EPA d’une possibilité de délivrance de diplôme à cause de leurs statuts juridiques. Seuls les critères de qualité de formations devraient permettre à l’AERES d’accréditer ou non ces établissements.

Il est ainsi primordial que les choix sur les politiques de formations ne soient pas entachés d’antagonismes d’un autre temps. De ce fait, il faut, pour maximiser la qualité de nos formations, laisser aux organismes d’accréditations la capacité d’évaluer et de valider les processus pédagogiques sans contraintes de statuts juridiques. Ainsi, le BNEI propose même d’ouvrir ces possibilités de délivrance de diplôme aux établissements privés représentant 75 écoles d’ingénieurs et donc à fort potentiel d’accueil d’étudiants étrangers.

Lexique :
EPA : établissement public à caractère administratif (Comprenant l’École Polytechnique, l’ENAC, les écoles des Mines, les ENSTA Paristech & Bretagne …)
EPSCP : établissement public à caractère scientifique culturel et professionnel
DNM : diplôme national de master
BNEI : bureau national des élèves ingénieurs
FAGE : fédération des associations générales étudiantes
CNESER : conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche
AERES : agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur

Regardez aussi

Pour que l’enseignement supérieur reste accessible à tous. Vers la fin du modèle unique français en école d’ingénieur ?

Nous, élèves en écoles d’ingénieurs, sommes inquiets pour l’avenir de l’enseignement supérieur en France. En …