Important
Accueil / Actualités / Représentation / Commissions / IESF / Comité répertoire de IESF le 10 avril 2012

Comité répertoire de IESF le 10 avril 2012

Le 10 avril dernier se tenait une réunion du comité répertoire d’IESF à laquelle le BNEI participe traditionnellement.

Pour rappel, Ingénieur et Scientifique de France (IESF) est un organe représentatif de la profession reconnu d’utilité publique depuis 1860, qui a pour vocation de rassembler les ingénieurs et scientifiques de France, de valoriser et structurer leurs professions, de les représenter et de soutenir les associations membres. Plusieurs comités dont le comité répertoire animent cette structure.

Le Répertoire des ingénieurs et des scientifiques de France répertorie actuellement environ 820 000 ingénieurs.

Registre de la profession, il a vocation à rassembler les personnes physiques titulaires d’un diplôme d’ingénieur, d’un master (DNM) ou d’un doctorat en sciences, ou d’un autre diplôme ou titre officiel de niveau bac+5 et au-delà, validé comme relevant d’un domaine scientifique ou technique par un Comité du Répertoire.

Opérationnel depuis une vingtaine d’années, c’est un véritable lien entre les ingénieurs diplômés, toute personne exerçant le métier d’ingénieur, et le monde économique. On peut en effet rencontrer entre 100 000 et 150 000 consultations par mois notamment de la part des DRH. Cette base de données, outil très apprécié des entreprises, permet à leurs DRH et aux recruteurs de valider l’exactitude des informations fournies lors des candidatures. Logiquement, lorsqu’on est diplômé de son école, reconnue par la CTI, on est inscrit au répertoire. Logiquement, car cela se fait sous certaines conditions entre l’association des diplômés de l’école et IESF.

Les 2 principaux éléments à retenir sur ce sujet sont les suivants :

1. Ouverture du répertoire à 2 nouvelles catégories de diplômés

Dès la rentrée universitaire 2012, le répertoire des ingénieurs de France est ouvert à deux nouvelles catégories de diplômés :

  • les docteurs
  • les masters scientifiques.

La nouveauté dans cette ouverture est l’inscription directe du diplômé dans le répertoire, avec la mention adéquate, sans demande spécifique du diplômé.

Pour le modus opérandi, cela passera par une convention entre IESF et l’association de diplômés de l’université ou directement avec l’université le cas échéant.

2. Organismes de référence

Dans le cadre de la remise en ordre des conditions de fonctionnement du Répertoire, son Comité a examiné le cas des ingénieurs et scientifiques issus d’établissements

qui ne disposent pas d’association d’anciens élèves ou dont l’ association n’est pas membre d’IESF.

Dans ce cas, et dans ce cas seulement, le rôle d’organisme de référence est joué par l’établissement d’enseignement; c’est-à-dire que c’est lui qui envoie la liste des diplômés pour inscription au répertoire.

La désignation d’un établissement d’enseignement comme organisme de référence doit être considérée comme une procédure « par défaut », la règle générale étant, pour les admissions collectives, de confier ce rôle à l’association d’anciens élèves membre d’IESF dont relève l’établissement.

Compte tenu de ce principe, une telle désignation n’est à envisager que dans deux cas :

– il n’y a pas d’association d’anciens élèves,

– l’association d’anciens élèves n’est pas membre d’IESF ou ne veut pas, malgré rappel, signer la Convention d’organisme de référence.

Dans ce cas, comme il n’y a pas d’association, il ne peut y avoir versement de cotisation à IESF, selon le mode de calcul classique d’IESF basé sur le nombre d’adhérent et le prix de la cotisation. Aussi, IESF factura à l’organisme de référence 0,20€ par ingénieur ou scientifique inscrit.

Regardez aussi

Colloque IESF au CESE le 22 juin 2012

Le 22 juin 2012 aura lieu le colloque annuel des jeunes ingénieurs et scientifiques. Il se …