Important
Accueil / Actualités / Représentation / Publications / Communiqués de presse / Publication du Référentiel de la CTI

Publication du Référentiel de la CTI

Le BNEI vigilant sur les moyens nécessaires à l’internationalisation

La CTI – Commission des Titres d’Ingénieur – a publié ce mercredi 21 mars 2012 la nouvelle version du R&O – Références et Orientations – document principal définissant le contexte général des formations d’ingénieurs, la politique et les critères généraux d’habilitation des formations. Cette nouvelle édition apporte des modifications de fond comme de forme vis-à-vis de la version précédente datée de 2009.

Le BNEI se félicite de ce nouveau format qui permet une meilleure compréhension du référentiel.

Les élèves-ingénieurs soutiennent l’internationalisation des formations souhaitée dans le nouvel R&O en matière de formation et qui encourage notamment la mobilité entrante des étudiants et le développement des capacités d’accueil d’enseignants étrangers. Bien que le niveau minimum exigé soit le niveau CECRL B2 – Cadre Européen Commun de référence pour les Langues – les élèves-ingénieurs attirent l’attention de l’ensemble des acteurs concernés sur les moyens supplémentaires à mettre en œuvre pour permettre aux étudiants d’obtenir le niveau souhaitable C1 en anglais.

Conformément à la demande du BNEI, la durée de référence d’une mobilité internationale dans le R&O est de trois mois. Les élèves-ingénieur ne sont en effet pas favorables à une durée supérieure qui empêcherait notamment les étudiants qui effectuent un stage de trois mois à l’étranger de valider cette période comme mobilité internationale. Le BNEI reste par ailleurs attentif à l’accompagnement des élèves-ingénieurs par les établissements, tant par la qualité et la quantité des destinations proposées que par le soutien financier nécessaire à leur mobilité.

La CTI précise également le cadre dans lequel doivent s’effectuer les doubles diplômes entre écoles afin de s’assurer de la qualité de la formation d’ingénieur. Elle impose notamment dans l’établissement d’origine que l’aménagement nécessaire au deuxième diplôme ne dépasse pas deux semestres et que le stage de fin d’étude y soit réalisé. Les élèves-ingénieurs rappellent que s’ils sont favorables au développement des doubles diplômes, ceux-ci ne doivent pas amputer le contenu de la formation d’ingénieur de l’établissement d’origine.

Par ailleurs, la CTI met en place une base de données certifiées qui doit être complétée annuellement par chaque directeur d’école et qui regroupe l’ensemble des caractéristiques de l’établissement nécessaires à la constitution du dossier d’habilitation. Les élèves-ingénieurs regrettent de ne pas voir apparaître certains critères liés à la vie étudiante tels que l’existence d’un dispositif de valorisation de l’engagement étudiant ou de celle d’un Directeur Adjoint Etudiant ou assimilé.

Le BNEI reste attentif à l’évolution des différents points abordés et poursuit le travail conjoint qu’il mène avec la CTI pour œuvrer à l’amélioration des formations d’ingénieur.

Communiqué de Presse du BNEI – publication du référentiel de la CTI

Regardez aussi

Pour que l’enseignement supérieur reste accessible à tous. Vers la fin du modèle unique français en école d’ingénieur ?

Nous, élèves en écoles d’ingénieurs, sommes inquiets pour l’avenir de l’enseignement supérieur en France. En …