Important
Accueil / Actualités / Représentation / Commissions / CTI / Groupe de travail International de la CTI 12 mars 2012

Groupe de travail International de la CTI 12 mars 2012

Le BNEI a participé le 12 mars dernier au groupe de travail international de la CTI – Commission des Titres d’Ingénieur – à Paris.

Ce groupe de travail a pour mission de réfléchir à l’internationalisation de la formation ingénieur (niveau minimum de langues, mobilité sortante,…) ainsi que sur la reconnaissance et la qualité de notre formation à l’étranger.

Voici les principaux points abordés lors de la réunion du 12 mars qui avait pour principal sujet, l’adaptation à l’international de la nouvelle version du R&O.

1.    La version internationale du R&O

Chaque année, dans plusieurs pays d’Europe, d’Asie et d’Afrique environ 2000 ingénieurs étrangers sont diplômés par des institutions étrangères habilitées à délivrer un titre d’ingénieur reconnu en France.

Dans ce cadre, le groupe international traduit le R&O afin qu’il soit utilisable par les formations à l’étranger. Une adaptation est donc nécessaire afin de conserver l’objectif de la certification internationale, être porteur d’une idée de l’ingénieur mais ne pas imposer le modèle français.

 2.    Focus sur le chapitre formation

Le modèle français des écoles d’ingénieurs, qui segmente les cinq années post bac en deux plus trois ans, n’est pas courant à l’étranger. La CTI s’est donc interrogée sur l’accréditation des masters d’une durée de deux à quatre semestres.

Elle sera vigilante à la sélection des étudiants qui suivront ce parcours afin de s’assurer que les connaissances fondamentales nécessaires au titre d’ingénieur aient bien été acquises par les étudiants durant leur formation post-bac.

Le niveau B2 en anglais reste exigé. Le français est quant à lui fortement recommandé comme troisième langue (LV2). La place de la langue française dans les formations étrangères habilitées par la CTI est une réelle question qui concerne la politique de la CTI.

 3.    La vie étudiante

L’objectif est de décliner la vie étudiante en terme d’acquis de l’apprentissage et d’insister sur le coté bien-être et humain de l’étudiant.

Le BNEI a demandé à ce que soient conservés les points mis dans la version classique française du R&O sur lesquels nous avions déjà travaillé avec la CTI.

Nous serons donc consultés prochainement sur les lignes directrices données aux formations ainsi que sur les moyens conseillés comme l’aide aux formations des étudiants associatifs et élus.

 4.    Les incontournables

 La CTI considère que les formations françaises ou étrangères à accréditer doivent respecter en priorité quatre composantes essentielles de la formation d’ingénieur qui sont :

  • une base forte et large en sciences fondamentales
  • une maîtrise des sciences de l’ingénieur
  • une culture de gestion d’ouverture économique, sociale, humaine, éthique incluant un lien fort avec le monde professionnel
  • des compétences à communiquer avec une ouverture internationale

Regardez aussi

Groupe de travail International de la CTI 13 février 2012

Le BNEI a participé le 13 février dernier au Groupe de travail international de la …