Important
Accueil / Actualités / Représentation / Publications / Lettres des élus centraux / La Lettre des Elus Centraux 2008/2009 – Numéro 7

La Lettre des Elus Centraux 2008/2009 – Numéro 7

Bonjour,

Dans 2 jours vous allez pouvoir voter pour le CNESER, et assurer une place au mouvement associatif indépendant parmi les 11 représentants étudiants. En plus de cela vous aurez l’occasion de permettre à notre filière d’y être représentée en soutenant la liste « BDE, Corpos, Amicales et Associations étudiantes indépendantes ». Vous l’avez déjà compris, la voix de tous est nécessaire si nous voulons assurer notre participation à ce conseil. Ce qui est primordial si nous souhaitons que la filière ingénieur puisse être motrice dans l’évolution de l’enseignement supérieur qui l’impactera nécessairement.

C’est ce rôle que Julien Villalongue, élu au CA de Centrale Nantes et tête de liste que vous découvrirez plus amplement dans la prochaine « Lettre des Elus », compte avoir au sein du CNESER. La refonte du paysage français de l’enseignement supérieur s’accélère afin de positionner nos établissements de manière valorisante et attractive dans un contexte mondialisé du savoir. C’est pourquoi, il est nécessaire que nous soyons actifs dans cette démarche afin de ne pas la subir. Plusieurs pistes commencent à s’esquisser sur la réorganisation de notre formation, parmi lesquelles la notion de Collegium d’ingénierie proposée par le rapport Chabbal et qui constitue le sujet de cette « Lettre des Élus ».

Ces Collegiums auraient pour vocation de fédérer les écoles au sein d’une structure qui constituerait le pôle ingénierie d’un pôle de l’enseignement supérieur (comme un PRES par exemple). Ceci reste bien évidemment à l’état de proposition pour le moment, mais la commission Philip travaille actuellement sur le sujet. Aussi, je vous engage à vous faire votre idée sur ce point en vous plongeant dans l’article ci-dessous.

N’hésitez pas à nous faire part de vos réflexions via Infobnei ou contact@bnei.org.

Rapport Chabbal

La réorganisation structurelle de l’Enseignement supérieur implique de reconsidérer la place des écoles au sein de celui-ci. Aussi, en amont de la mission présidée par Christian Philip, la CDEFI a commandé à Robert Chabbal, ancien Directeur Général du CNRS, un rapport sur le devenir de l’ingénierie en France.
Ce rapport, qui devrait être rendu public prochainement, devrait placer l’ingénierie et donc les écoles d’ingénieurs au cœur du processus d’innovation et de recherche partenariale. Il devrait notamment proposer la réorganisation de l’enseignement supérieur autour de collegiums.

Réaffirmer la place de l’ingénierie au centre de la dynamique d’innovation en France

L’innovation doit être portée par des acteurs privilégiés que sont le laboratoire et l’incubateur. Le premier doit être le lieu de la recherche partenariale et du travail propre du laboratoire. Le deuxième permet de se faire rencontrer chercheurs, étudiants, entreprises, financeurs…et ainsi de mettre en valeur les avancées du premier.
Dans la même optique, le doctorat doit être revalorisé sur le marché du travail. Les entreprises en France n’attribuent pas suffisamment de crédit à ce diplôme. Un travail de fond doit ainsi être mené à ce sujet, mais également au sein des écoles où peu d’élèves ingénieurs continuent en thèse.

Réorganiser les établissements au sein de collegiums d’ingénierie

Le rapport prévoirait une organisation de l’enseignement supérieur à trois niveaux : un premier au niveau des écoles, UFR…, un deuxième, celui des collegiums regroupant des entités du premier niveau, et un troisième celui de la présidence.
Le rapport identifie 7 types de collegiums : Lettres et SHS, Sciences, Ingénierie, Business, Éducation, Santé, Droit. Chaque collegium doit pouvoir définir son identité. La dynamique ne doit pas être à l’uniformisation mais bien au respect des identités.
Regroupement au sein d’un site, ces collegiums doivent pouvoir s’articuler avec les politiques de réseau de chaque établissement. Ainsi, les stratégies de site mises en œuvre au niveau d’une région doivent pouvoir coexister avec les stratégies de réseau développées par certaines entités (ENSAM, Centrales, Mines, INSA, ENSI, UT, ENI, Polytech’, ENITA, par exemple).
Chaque collegium se verrait délégué par les établissements qu’il regroupe un certain nombre de fonctions à définir, mettre en place une charte de fonctionnement et de gouvernance, traiter des questions d’évaluation. Le statut retenu pour ces collegiums pourrait être un statut d’EPSCP ou d’EPCS en fonction des périmètres de délégations choisis.
En synthèse, ce rapport, au delà de proposer une évolution de l’ingénierie en France, devrait proposer une réorganisation de l’enseignement supérieur basé sur la création de collegiums qui d’après son auteur permettraient de répondre aux nécessités d’évolution de notre formation et de développement de démarches d’innovation, tout en assurant la préservation de l’identité de l’ingénieur et des points forts de nos écoles en France.

Regardez aussi

Lettre des Élus n°4 – Août 2012

Cher(e)s élu(e)s élèves ingénieurs,  
 
En ce début de mois d’août, les élèves ingénieurs engagés n’ont toujours pas trouvé le temps de se reposer. En effet, ce mois est celui de la préparation de la rentrée dans toutes nos  écoles. Reconnues en tant que leader de l’organisation d’évènements, nos associations savent se mettre en valeur à la rentrée afin de permettre à chacun de se sentir à l’aise et en possession de tous  ses moyens pour réussir son année dans un bon environnement.
 
Dans cette lettre, nous verrons comment profiter de cett  rentrée pour vous mettre en avant, vous, les élus. Nous ferons ensuite un petit panorama des outils qui sont à votre disposition  ainsi que de ceux que vous pourriez mettre en place. Enfin, nous ferons un retour sur les élections CNESER qui ont montré le rôle décisif des élus de nos établissements.