Important
Accueil / Actualités / Représentation / Publications / Lettres des élus centraux / La Lettre des Elus Centraux 2008/2009 – Numéro 5

La Lettre des Elus Centraux 2008/2009 – Numéro 5

Bonjour,

Pour ce cinquième numéro, et comme annoncé dans la dernière lettre, il vous est proposé d’aborder le sujet de la recherche en école d’ingénieur. Souvent critiquées pour leur manque de recherche, les écoles d’ingénieurs sont pourtant également contributrices dans ce domaine. Cependant, de nombreuses pistes d’amélioration et de valorisation des travaux de recherche, menés dans les écoles ou conjointement avec des Universités, sont envisageables.
Dans un contexte de regroupement de l’enseignement supérieur autour de pôles de compétences (Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur [PRES], Réseaux Thématiques de Recherche Avancée [RTRA], etc..), il est plus que jamais indispensable de concevoir la façon dont nos écoles vont œuvrer au sein d’un environnement en pleine mutation. C’est d’ailleurs cet objectif que poursuit la mission Philip évoquée dans la précédente « Lettre des élus », et la recherche est l’un des sujets sur lesquels une profonde réflexion est à mener. Dans ce contexte, les élèves ingénieurs doivent se montrer proactifs pour participer aux décisions qui impacteront nécessairement nos écoles, et ainsi ne pas subir des évolutions auxquelles ils n’auraient pas participés.
C’est pourquoi le BNEI offre la possibilité à tous les élus qui le désirent de contribuer à l’élaboration des positions qu’il promouvra et défendra auprès de toutes les instances de l’enseignement supérieur en général (CNESER, CPU, etc..), et de la filière ingénieur en particulier (CTI, CDEFI, CGE, CNISF, etc…). Dans le respect constant des valeurs associatives des BDE et élus en conseils dont il est l’émanation, le BNEI s’attache à cette représentation apolitique, asyndicale, et aconfessionnelle qui lui permet de représenter indépendamment de toute idéologie l’ensemble de notre filière, et ainsi de participer activement à son amélioration de manière pragmatique et raisonnée. Ce sont ces mêmes valeurs qu’il partage avec d’autres associations monodisciplinaires qui guident le travail des candidats de la liste « BDE, Corpos, Amicales et Associations étudiantes indépendantes », présentée par PDE et soutenue par le BNEI. Et notamment la tête de liste Julien Villalongue, issu de notre filière et qui s’attachera à représenter l’ensemble des étudiants français bien évidemment, mais qui en plus en tant qu’élève ingénieur aura une connaissance certaine de notre formation, et sera ainsi le plus apte à en appréhender toutes les particularités.

Introduction

La recherche réalisée dans les écoles d’ingénieurs répond à une demande croissante des besoins industriels et aux transferts de technologies, aussi bien à l’échelon régional que national pour les écoles en réseau. Cette demande permet aux doctorants en écoles de bénéficier de conditions de thèses souvent plus favorables que dans les laboratoires universitaires classiques avec la certitude de débouchés professionnels attractifs. La création de pôles de compétitivité est un vecteur fort pour dynamiser l’innovation et permet de renforcer le lien entre les élèves ingénieurs, les doctorants et les industriels.

Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur

Ces dernières années, plusieurs réformes ont été mise en place pour restructurer la Recherche et l’Enseignement Supérieur. La forte compétition internationale oblige nos laboratoires à se restructurer pour gagner en attractivité.
Les PRES ont pour objectif de formaliser des partenariats locaux. La mise en commun des compétences scientifiques et techniques d’un même site permet d’améliorer l’offre de service et la visibilité. Cependant cette intégration ne doit pas se faire au détriment des établissements partenaires et doit s’opérer dans un souci de valorisation et non d’appropriation.
Le BNEI dénonce la proposition du rapport d’Aubert qui préconise de limiter les tutelles des laboratoires, notamment des Unités Mixtes de recherches [UMR]. Cette mesure crée une concurrence malsaine au niveau de la gouvernance au détriment de l’émulation scientifique qui devrait tirer l’ensemble des acteurs de la recherche vers le haut.
Le BNEI veillera à ce que le statut d’EPCS ne concurrence pas à terme celui d’EPSCP en créant une dualité et en rigidifiant un système qui a besoin de souplesse pour être internationalement compétitif et attractif, et toujours davantage innovant. Le rapport Chabbal apporte de nouvelles propositions pour la réorganisation entre enseignement et recherche qui précise les interactions entre ces 2 types d’établissement (une prochaine Lettre des élus y sera consacrée).

Incubateur

Toute formation d’ingénieur doit intégrer au moins un incubateur. Plus thématiques et partenariaux que les PRES, les incubateurs ont clairement une vocation de transfert technologique. L’innovation née de la rencontre entre technologies de pointe. Il est par conséquent nécessaire de favoriser les échanges et interactions entre domaines scientifiques et technologiques. Il faut, sur des sites identifiés, rassembler les compétences technologiques, les besoins techniques et une main d’œuvre à fort potentiel afin de créer le terreau sur lequel germeront les futures idées et ruptures technologiques.
Les élèves ingénieurs qui participent aux projets en incubation se confrontent à la résolution concrète et utile de problématiques industrielles, dans un environnement de pointe : c’est le partenariat gagnant – gagnant.
L’incubateur doit servir de support pour le financement de thèses liées à des problématiques d’ingénierie car il permet de diversifier les sources de financement et de mutualiser les investissements lourds. Les équipements mis à disposition doivent être exploités au maximum de façon à créer une dynamique qui pérennisera ce type d’investissement par les milieux socio-économiques, comme pour le cyclotron de Grenoble.
Le BNEI souhaitent que les écoles continuent d’intégrer et de développer des laboratoires de recherche partenariale. Ceux si font le lien entre les équipes de recherche amont et les problématiques industrielles. Ils permettent de faire vivre les incubateurs et de renforcer le lien enseignement / recherche / industrie.

Service des Activités Industrielles et Commerciales [SAIC]

Les SAIC sont le faire-savoir du savoir-faire des écoles. Ils permettent de promouvoir et valoriser les compétences des laboratoires et de vendre des prestations aux industriels.
Source de revenus et de reconnaissance supplémentaires, les SAIC permettent aussi au tissu industriel local de bénéficier des compétences des personnels et usagers de l’école et d’assurer une qualité de prestation non seulement sur la réalisation, mais aussi sur la transaction.
Le BNEI souhaite que chaque école ou groupement d’écoles mette en place un SAIC qui prenne en compte les projets et les stages du cursus ingénieur.

Ecoles Doctorales

Le rôle des écoles doctorales a été renforcé en 2004. Composante à part entière, les écoles doctorales sont entrées dans une démarche d’accréditation qui renforce le caractère d’excellence du doctorat. Lors du passage du texte au CNESER, le BNEI avait demandé à ce que seule la qualité de la formation doctorale, la capacité d’encadrement et le niveau des équipes de recherche soient prise en compte, que les critères d’évaluation soient publics et que l’autorité réalisant l’évaluation soit indépendante. Encore aujourd’hui, nous considérons que le statut de ou des établissements qui intègrent l’école doctorale n’est pas un facteur déterminant de l’accréditation.
Le BNEI préconise la mutualisation des écoles doctorales afin d’augmenter l’attractivité et de garantir les meilleurs conditions de préparation de thèse. Dans le cadre de collegium d’ingénierie, la mutualisation des formations à la Recherche est l’un des premiers axes de collaboration qui permettra de concurrencer le Doctorate of Engineering.

CIFRE

L’augmentation du nombre de CIFRE est une nécessité afin d’inciter plus d’élèves ingénieurs à réaliser des thèses, et pour favoriser l’insertion professionnelle de tous les doctorants en écoles. Ces conditions de financement des doctorants permettront de palier à un taux d’abandon en thèse encore trop élevé. Le BNEI propose, comme cela se passe déjà dans certains laboratoires avec succès, de refuser toute inscription en thèse qui ne garantit pas un revenu et des conditions de thèses correctes pour les doctorants. Cela permet d’obliger les écoles doctorales et les responsables de laboratoires à chercher les financements nécessaires ou à aider les futurs doctorants à les obtenir. Une augmentation substantielle du nombre de bourses ministérielles ainsi qu’une meilleure répartition entre les écoles et les universités est une nécessité afin de permettre aux étudiants qui le souhaitent d’effectuer leur thèse dans un domaine spécifique sans partenariat direct avec une entreprise.

Conclusion

La recherche partenariale permet d’asseoir la renommée de l’école vis-à-vis des entreprises et des institutions et facilite l’insertion professionnelle, aussi bien des doctorants que de l’ensemble des élèves ingénieurs qui profitent des retombées en termes d’image et de connaissances. Les écoles peuvent également en profiter pour accroître les partenariats directs avec les entreprises pour développer des stages ou des projets attractifs. Le BNEI est donc favorable à un adossement des formations sur des problématiques industrielles concrètes liées à la recherche appliquée. Les écoles d’ingénieurs doivent ainsi s’affirmer en tant qu’acteurs de premier plan, moteur, de l’innovation en France et en Europe.

Regardez aussi

Lettre des Élus n°4 – Août 2012

Cher(e)s élu(e)s élèves ingénieurs,  
 
En ce début de mois d’août, les élèves ingénieurs engagés n’ont toujours pas trouvé le temps de se reposer. En effet, ce mois est celui de la préparation de la rentrée dans toutes nos  écoles. Reconnues en tant que leader de l’organisation d’évènements, nos associations savent se mettre en valeur à la rentrée afin de permettre à chacun de se sentir à l’aise et en possession de tous  ses moyens pour réussir son année dans un bon environnement.
 
Dans cette lettre, nous verrons comment profiter de cett  rentrée pour vous mettre en avant, vous, les élus. Nous ferons ensuite un petit panorama des outils qui sont à votre disposition  ainsi que de ceux que vous pourriez mettre en place. Enfin, nous ferons un retour sur les élections CNESER qui ont montré le rôle décisif des élus de nos établissements.