Important
Accueil / Actualités / Représentation / Publications / Communiqués de presse / Contribution BNEI – Commission Philip, les nouveaux partenariats entre universités et les grandes écoles

Contribution BNEI – Commission Philip, les nouveaux partenariats entre universités et les grandes écoles

A la demande de Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, une commission menée par Christian Philip, professeur de droit à l’Université Lyon 3, a été mise en place pour réfléchir sur les voies de collaboration possibles entre les écoles et les Universités. Cette commission a officiellement été installée le 4 juin dernier et devra rendre ses conclusions dans le courant du mois de septembre.

Après avoir été auditionné mardi 15 juillet dernier, le Bureau National des Élèves Ingénieurs [BNEI], publie par écrit les éléments qu’il a apporté lors de son entrevue avec les membres de la commission présidée par Christian Philip.

Par cette contribution le BNEI souhaite apporter son expérience et la vision des élèves ingénieurs sur les questions évoquées par Valérie Pécresse dans la lettre de mission donnée à M. Philip.

Vous trouverez ci-dessous notre contribution.


Le BNEI a tout d’abord rappelé l’importance de la richesse et de la diversité de notre enseignement supérieur ; les moyens de l’indépendance structurelle et financière de la CTI ou encore l’intégrité d’un cycle d’étude en 10 semestres dont la finalité est un diplôme professionnalisant de niveau bac+5.

Le BNEI est également revenu sur l’importance de l’ascenseur social que constituent les écoles d’ingénieurs, notamment par la variété des voies d’accès au diplôme. Il soutient également le développement de partenariats et contrats d’études entre les écoles d’ingénieur, dont le cursus est par essence de portée mondiale, et les universités et instituts étrangers d’excellence car une telle pratique mettra à la fois en avant les qualité de notre modèle et rayonnera sur l’ensemble de l’enseignement supérieur français. Mais le BNEI insiste également sur l’importance du renforcement des relations entre écoles et universités françaises dans le 3e cycle, tout en laissant aux établissements la liberté d’initiative dans l’élaboration de ces partenariats pour s’adapter aux situations locales propres et favoriser l’émergence de pratiques innovantes.

Dans la continuité de cette réflexion le BNEI plaide pour la création d’écoles doctorales au niveau des PRES, donnant ainsi une plus grande visibilité et reconnaissance des établissements français au niveau mondial. Une autre conséquence directe sera la revalorisation du doctorat auprès du monde professionnel, et donc aux yeux des étudiants. Toutefois le BNEI rappelle que de telles dispositions devraient remettre en cause la gouvernance actuelle des PRES de manière à donner à chaque acteur un poids suffisant pour une implication dans la vie de la structure. La place des étudiants dans les PRES est également un autre point préoccupant déjà soulevé par le BNEI pour une structure notamment chargée de la construction d’une politique de site, celle-ci incluant la vie étudiante sous tous ses aspects.

Enfin l’un des points fondamentaux soulignés par le BNEI est la complémentarité qui doit s’opérer entre les réseaux d’école et les PRES.

Vous trouverez également ci-dessous la lettre de mission que la ministre a donné à Christian Philip pour l’organisation du travail de cette commission éponyme.

Le BNEI reste disponible pour répondre à toutes vos questions via le formulaire de contact.

Contribution du BNEI – Comission Philip

Lettre de mission

Regardez aussi

Recours contre la hausse des frais d’inscription des étudiants extracommunautaires

📍 Le Conseil constitutionnel s’est prononcé sur la QPC qui lui avait été soumise le …